Le CNFCE vous accueille de 8h30 à 17h30
Distanciel ou présentiel, nous trouverons le meilleur format pour vos formations.

Pourquoi proposer une formation gestes et postures à ses salariés ?

Proposer une formation gestes et postures à ses salariés fait partie des actions de prévention que l’employeur doit et peut mettre en place de manière régulière. L’ensemble des salariés peut potentiellement être atteint d’une maladie professionnelle pouvant affecter les muscles, les tendons ou les nerfs. Découvrez dans ce dossier les avantages à promouvoir ce type de formation pour ses employés.

Pour garantir la prévention des risques professionnels en entreprise

La prévention des risques professionnels fait partie des obligations de l’employeur. Dans le cadre de cette démarche, il lui incombe un devoir d’information et de formation vis-à-vis de l’ensemble des salariés pouvant être exposés à des risques professionnels (risques physiques comme psychosociaux).

Les conséquences des TMS (troubles musculosquelettiques) sont largement plus couteuses qu’une formation gestes et postures, proposée généralement entre 495e et 695e, pour une journée.

On parle ici de conséquences à court et à long termes, dans la mesure ou l’apparition de ce type de maladie professionnelle se traduit généralement par des accidents de travail et des conséquences durables sur la santé des salariés.

Notez également que les salariés de la manutention manuelle et de la logistique doivent obligatoirement suivre une formation gestes et postures, avant chaque prise de poste (Article R4541-8 du Code du travail).

Ce type de formation revêt donc un caractère obligatoire pour ces secteurs, et est majoritairement conseillé pour l’ensemble des secteurs d’activité.

Un accident de travail de 24h à une semaine génère des couts directs et indirects de l’ordre de 3800e (source : https://www.apexya.com/accident-travail/)

A cela s’ajoute des coûts indirects pouvant potentiellement altérer l’image de l’entreprise :

  • Baisse de la productivité,
  • Nécessité de remplacer un collaborateur,
  • Image employeur dégradée,
  • Etc.

Une formation à la prévention des risques est un moyen simple et peu couteux de concilier santé et rentabilité au travail.

Pour valoriser la santé et la sécurité des salariés

Les mauvaises postures du quotidien contribuent largement au développement de maladies professionnelles liées aux troubles musculosquelettiques, comme :

  • La lombalgie (douleurs situées au niveau des vertèbres lombaires)
  • La tendinite (inflammation d’un tendon)
  • Cervicalgie (douleurs dans la région cervicale)
  • Syndrome du canal carpien
  • Etc.

Les professionnels effectuant des activités de manutention (personnel d’entrepôt, jardinier, éboueur, personnel d’entretien etc.) sont les plus susceptibles d’être touchés par ces maux. Le port de charges, les gestes répétitifs, les vibrations ou des torsions répétées, souvent effectués dans des conditions de travail dégradées (manque de temps ou de matériel adapté) sont les causes principales des TMS.

A ce titre, le Code du travail est très clair. L’article R4541-8 précise que les salariés issus de la manutention manuelle doivent obligatoirement suivre une formation en gestes et postures.

L’immobilité et la sédentarité, pour les employés de bureau effectuant du travail sur écran, contribuent également à leur apparition.

Découvrez notre formation gestes et postures travail sur écran, d’une durée de 3h.

L’objectif de ce type de formation obligatoire est à la fois de sensibiliser l’ensemble des salariés d’une entreprise, mais aussi de leur inculquer des connaissances pratiques pour prévenir l’apparition de troubles musculaires ou osseux, qu’ils peuvent mettre en œuvre immédiatement. Adopter des gestes plus adaptés ou promouvoir l’activité physique au travail sont des moyens simples de réduire durablement les risques.

Notez que plusieurs autres facteurs entrent en ligne de compte. Si la majorité des TMS sont effectivement causées par des éléments physiques, des aspects environnementaux liés aux risques psychosociaux et au stress peuvent aussi en être la cause.

Découvrez notre formation à la prévention des TMS.

Qui peut suivre une formation gestes et postures ?

Globalement, l’ensemble des salariés, quel que soit le secteur d’activité, sont tenus de suivre une formation en gestes et postures. Cela permet notamment d’apprendre les rudiments de l’ergonomie, de l’économie d’effort et de la prévention vis-à-vis des mauvaises postures.

Notez que le contenu de la formation doit absolument être adapté aux besoins et aux spécificités des salariés. A ce titre, le CNFCE dispense un large catalogue de formations en ergonomie sur le poste de travail pouvant répondre à l’intégralité des besoins.

Dans le cadre de nos sessions d’une journée maximum, le formateur se déplace directement dans les locaux de l’entreprise. Il effectue une analyse du poste afin de proposer des conseils d’ergonomie ou d’aménagements.

Aux apports théoriques s’ajoutent des exercices pratiques visant à adopter des postures et positions plus saines et ergonomiques.

Pour plus d’informations, nos conseillers pédagogiques sont en mesure de vous accompagner dans la mise en place d’une action de formation obligatoire ou nécessaire.

Vous ne trouvez pas votre réponse ?
Posez votre question


Vos données personnelles sont utilisées dans le cadre strict de l’exécution et du suivi de votre demande par les services du CNFCE en charge du traitement. Elles sont nécessaires à l’exécution de ce service. Elles sont conservées pour une durée de trois ans à compter de notre dernier contact. En application de la réglementation sur la protection des données à caractère personnel, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de limitation du traitement ainsi que d’un droit d’opposition et de portabilité de vos données. Pour en savoir plus et réaliser un traitement sur vos données, nous vous invitons à vous connecter à notre politique de confidentialité.
Si vous estimez, après nous avoir contactés, que vos droits « Informatique et Libertés » ne sont pas respectés, vous pouvez adresser une réclamation à la CNIL.