Le CNFCE vous accueille de 8h30 à 17h30
Distanciel ou présentiel, nous trouverons le meilleur format pour vos formations.

Fonction formation : Enjeux & évolutions

Fonction formation : Enjeux & évolutions

La fonction formation est fondamentale au sein d'une entreprise. Elle contribue notamment au développement des compétences et à l'évolution des pratiques managériales. Pourtant, de nombreuses entreprises n'ont pas conscience des enjeux liés au développement des compétences et à la formation des salariés. Découvrez dans cet article, rédigé grâce à l'expertise de notre formatrice, Christelle Dor, en quoi consiste la fonction formation, ses principaux enjeux et les évolutions qu'a connu la formation professionnelle ces dernières années.

En quoi consiste la fonction formation au sein d’une entreprise ?

La fonction formation désigne l’ensemble des stratégies et des ressources mises en œuvre par une entreprise pour favoriser le développement des compétences des collaborateurs.

Le constat est relativement clair, les performances d’une entreprise sont étroitement liées à l’accès des salariés à la formation.

Les collaborateurs pourront en effet étoffer ou renforcer leurs compétences et gagner en productivité.

Cette évolution aura nécessairement un impact positif sur les résultats de l’établissement et la garantie de pouvoir compter sur un personnel compétent et motivé.

Qui sont les acteurs de la fonction formation en entreprise ?

En interne :

L’entreprise et ses différents services sont de véritables acteurs de la formation professionnelle.

Les ressources humaines, le service formation, les managers et les salariés travaillent conjointement pour accélérer la performance de l’entreprise, comme nous l’expliquons dans notre article sur la gestion des compétences.

En externe :

  • France Compétences est une institution nationale ayant pour objectifs de réguler et de financer la formation professionnelle et l’apprentissage, en France ;
  • Les OPCO (Opérateurs de compétences) : Il s’agit d’organismes visant à accompagner les entreprises dans leurs démarches de développement des compétences et de professionnalisation, en leur fournissant conseils et financement ;
  • Les organismes de formation professionnelle, dispensant les actions de formation continue ;
  • Pôle Emploi, pour le financement des formations pour les demandeurs d’emploi ;
  • Apec, pour le financement des formations pour les cadres ;
  • La caisse des dépôts et consignations (CDC) : Ce nouvel acteur du secteur de la formation professionnelle a été mandaté par l’Etat pour mettre en œuvre le Compte Personnel de Formation (CPF). A ce titre, la CDC est en effet considérée comme l’opérateur technique et financier du nouveau système d’information du CPF. Ainsi, elle s’assure de la centralisation des données s’occupe de la gestion des ressources financières.

Quels sont les enjeux et objectifs de la formation professionnelle ?

La réforme de la formation (loi avenir 21018) veut créer une véritable notion de “parcours professionnel” incluant désormais les actions de positionnement pédagogique, d’évaluation des compétences et d’accompagnement.

Les enjeux relatifs à la formation professionnelle sont nombreux, tant d’un point de vue légal, économique que social.

La formation professionnelle, un obligation légale :

L’article L6321-1 du code du travail prévoit en effet les obligations de l’employeur en matière de formation professionnelle et son devoir d’employabilité :

« L’employeur assure l’adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations »

L’employeur doit établir un plan de développement de compétences et organiser au moins tous les 2 ans un bilan des actions de formation mises en place avec chaque collaborateur dans le cadre de l’entretien professionnel.

Les entreprises ont pour obligation de former leurs collaborateurs au moins une fois sur une tranche de 6 ans. Au-delà, elles s’exposent à des sanctions, dont l’abondement du compte CPF par l’entreprise.

Des enjeux économiques et sociaux :

Le développement des compétences est, pour l’entreprise, synonyme de performance, de productivité et d’anticipation (à travers le GPEC notamment).

Pour le salarié, cela se traduit par une meilleure employabilité, de la polyvalence et de l’autonomie.

Pour faire face aux évolutions que sont notamment la digitalisation et à la numérisation des métiers, il est nécessaire de disposer de collaborateurs aguerris, et donc formés.

L’acquisition et le renouvellement des compétences sont directement liés à la performance de l’entreprise.

Le constat que font beaucoup d’entreprises, c’est que le développement des compétences apporte un réel retour sur investissement, qui se traduit par des résultats concrets et de la performance. Il ne s’agit plus d’une dépense, mais bien d’un investissement permettant de se former sur de nouveaux outils et d’acquérir de nouvelles compétences.

D’un point de vue social, la formation professionnelle est un gage de valeur ajoutée pour les collaborateurs et futurs collaborateurs. En investissant dans la montée en compétences de ses salariés, elle contribue à améliorer sa marque employeur et à instituer une relation gagnant-gagnant entre le salarié et l’entreprise.

Selon une étude de l’APEC, portant sur l’emploi cadre en 2021, l’encadrement des compétences liés au management fait consensus. Ainsi, une grande partie des sondés évoquent un besoin de faire évoluer les pratiques managériales, par la mise en place d’actions de formation, notamment en soft skills.

Découvrez nos programmes de formation management, pour les salariés et cadres d’entreprise.

Quels sont les dispositifs entrant dans le cadre de la formation professionnelle ?

  • CPF : Compte Personnel de formation  
  • Plan de développement de compétence (pour les entreprises de moins de 50 salariés)
  • CTP, pour Congé de transition professionnelle (remplace le CIF) financé par l’organisme suivant : Transitions pro
  • Contrat apprentissage / contrat pro
  • VAE bilan pro ou CEP (Conseil en évolution professionnelle)
  • FNE-Formation

Quelles sont les évolutions qu’a connu la fonction formation de ces dernières années ?

La fonction formation a connu de très changements et évolutions, liés à des réformes réglementaires, mais également suite à la pandémie.

On peut citer notamment le développement et l’accélération de la E-formation (autrement dit formation en ligne, E-learning ou classe virtuelle).

Suite à la Loi Avenir, de nombreux changements ont vu le jour :

  • La mise en place du dispositif FNE par l’état, pour soutenir les entreprises et renforcer l’employabilité des collaborateurs dans ce contexte particulier
  • Créé en au 1er janvier 2020, Transitions Pro est l'unique organisme « régional « agrée par l'état pour financer la reconversion, avec le Projet de Transition Professionnelle. Auparavant, il était connu sous le nom de Fongecif.
  • Les entreprises ont un devoir d’employabilité vis-à-vis de leurs salariés. Les besoins en formation peuvent et doivent ainsi être recueillis lors des entretiens annuels professionnels (EAP).

Les salariés, par le biais du CPF, sont les acteurs principaux du développement professionnel. Grâce à ce dispositif de financement (Compte Personnel de Formation), ils ont la possibilité de développer leur employabilité à l’aide du montant abondé chaque année, pour se former.

  • La mise en place d’une certification unique pour les organismes de formation, Qualiopi (auparavant Datadock). Nous vous expliquons tout cela dans notre article sur ce label qualité.
  • 11 OPCO prioritaires contre 229 auparavant : la formation se professionnalise et dispose d’un cadre légal. Les entreprises et les organisme ont face à eux de vrais acteurs pour les accompagner dans la mise en place d’actions de formation professionnelle.

A partir du 1er janvier 2022, un système proche de celui du prélèvement à la source, pour collecter les contributions à la formation et à la taxe d’apprentissage, sera mis en place et géré par l’Urssaf. Il s’agit de la contribution à la formation professionnelle (CFP).

 

Le CNFCE, organisme de formation au service des entreprises

Notre organisme de formation, le CNFCE, est en mesure d’accompagner toutes les entreprises (TPE/PME/GE) dans la mise en place d’actions de formation pour les cadres et les salariés.

Nous proposons des sessions en présentiel et à distance, sous divers formats (inter entreprise/ intra entreprise dans lequel notre formateur se déplace directement dans vos locaux).

Notre catalogue comprend plus d’une quarantaine de thématiques, allant de formations en management jusqu’au développement personnel ou encore la sécurité.

Pour obtenir plus de réponses à vos questions, nous vous invitons à nous contacter par mail ou par téléphone.

 

Qui est Christelle Dor ?

Christelle Dor est avant tout une passionnée des relations humaines. Elle s’oriente tout naturellement vers les ressources humaines dans la gestion de projet RH, formation et recrutement et crée son propre cabinet de recrutement. Christelle développe une expertise en Sourcing, marketing RH et management. Elle partage son expérience en tant que formatrice, dans ce cadre, elle accompagne et forme des équipes dans leur projet de plan développement de compétences.

Sources :

5 enjeux pour l’emploi cadre en 2021 » :

Article L6321-1du Code du travail :

  • https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGIARTI000033220410/2016-10-09/

Formations incontournables